Pages Navigation Menu

Délégation socialiste française au Parlement européen

De solides garanties pour les journalistes et les lanceurs d’alerte dans la directive sur le secret des affaires

De solides garanties pour les journalistes et les lanceurs d’alerte dans la directive sur le secret des affaires

Aujourd’hui , les eurodéputés S&D ont soutenu la législation sur le secret des affaires lors de réunion de la commission des affaires juridiques du Parlement européen, après avoir obtenu de solides garanties pour la liberté d’expression, les lanceurs d’alerte et les travailleurs. Le rapport concilie les préoccupations des entreprises européennes concernant  les fuites des secrets d’affaires avec le droit des travailleurs et des journalistes de dénoncer la corruption et les malversations.
Evelyn Regner, le porte-parole S&D pour les affaires juridiques a déclaré:
«Les personnes qui s’engagent à dénoncer une activité illégale, le mauvais comportement d’un gouvernement ou d’un employeur doivent être félicitées et non pas poursuivies. Elles jouent un rôle important en garantissant que les entreprises et les gouvernements puissants rendent des comptes. Ce fut le cas dans le récent scandale Luxleaks, où une enquête menée par des journalistes et des employés a mis en évidence un comportement contraire à l’éthique et fait la lumière sur des années de corruption et d’accords douteux entre gouvernements et entreprises « .
« Selon l’accord, les employés donnant des informations aux représentants syndicaux ou représentants du personnel sont explicitement exemptés de cette disposition, et plusieurs autres éléments protègent les droits des représentants des travailleurs. Nous avons également veillé à ce que l’expérience et les compétences acquises par les  travailleurs dans le cadre de leur emploi soient exemptées de l’application de cette loi. Cela permet de garantir une libre circulation des employés d’une entreprise vers une autre, d’un travail à l’autre. »
Sergio Cofferati, le coordinateur S & D pour le rapport a déclaré:
«Dans un premier temps, cette proposition de directive nous a causé de fortes inquiétudes en ce qui concerne la capacité des journalistes et des employés à dénoncer des malversations. La proposition initiale était axée uniquement sur la protection des entreprises et ne prévoyait pas de dispositions destinées à garantir les droits des travailleurs. Cependant , après une période de dures négociations, nous avons conclu un accord qui lève ces craintes « .
«Nous avons obtenu de solides exceptions pour les lanceurs d’alerte et les journalistes cherchant à exposer la corruption ou des pratiques illégales. Nous avons réussi à mettre l’intérêt public au-dessus de l’intérêt de l’industrie. Bien que nous ne soyons pas satisfaits par la définition des secrets d’affaires, qui reste trop large, un point crucial pour nous était d’assurer de solides garanties afin que cette directive ne soit pas utilisée comme une atteinte dissimulée contre les droits des travailleurs. « 

Print Friendly