Pages Navigation Menu

Délégation socialiste française au Parlement européen

Conseil européen, deuxième partie : beaucoup de bruit pour rien

Conseil européen, deuxième partie : beaucoup de bruit pour rien

Les eurodéputés socialistes et radicaux prennent acte de l’accord intervenu hier soir. Parce que l’Union européenne s’est construite sur la non discrimination et la libre circulation, nous condamnons l’accord intervenu sur la question des prestations sociales, le « mécanisme de sauvegarde ». Rien ne peut justifier que deux travailleurs européens, payant les mêmes impôts et effectuant le même travail, aient des droits différents.

Sur la zone euro, nous saluons la détermination de François Hollande pour empêcher un droit de veto des pays non membres de la zone euro sur les décisions prises par ces derniers. L’accord est une victoire sur ce point, et nous nous en félicitons.

Sur le reste, le Royaume-Uni n’était déjà pas dans l’Euro, pas dans Schengen, pas demandeur d’une union sans cesse plus étroite : rien de nouveau sous le fog britannique.

Charge maintenant à M. Cameron de gagner son référendum et aux citoyens britanniques de prendre leurs responsabilités.

Pour l’Europe, c’est une Victoire à la Pyrrhus tant le détricotage de l’Europe est possible à coup de multiplication de chantages au référendum.

C’est pourquoi, l’essentiel est bien ailleurs. Les autres Etats membres doivent redire leur projet européen ; pour les eurodéputés socialistes et radicaux, il faut désormais franchir un nouveau pas dans l’intégration économique, sociale et politique des pays ayant la monnaie unique en partage, il faut porter ensemble une Europe de l’Etat de droit, une Europe des projets qui redonne du sens à ce que nous faisons ensemble.

C’est à une œuvre de refondation profonde que nous devons nous atteler, dès demain, car quel que soit le résultat du référendum britannique, les défis et les crises – réfugiés, économiques, sociales, … – seront toujours là et autrement plus importants.

Print Friendly